Notre lettre 174 publiée le 20 avril 2009

La Chine éternelle nous offre bien des réconforts "extraordinaires"




Le matraquage de la presse religieuse officielle pourrait finir par nous faire croire que seuls quelques activistes ou quelques vieillards séniles seraient sensibles aux formes traditionnelles du rite romain… La réalité nous apporte chaque jour la preuve contraire. Cette fois c'est de Chine que nous vient le démenti. On apprend en effet que son Excellence le Cardinal Joseph Zen Zekiun, évêque de Hong-Kong, a souhaité célébrer son ultime messe pontificale, le 15 avril 2009 - c'est-à-dire il y a moins de huit jours - dans la forme extraordinaire du rite romain. Le Cardinal a ainsi souhaité manifester son attachement pour cette forme liturgique qui a nourri en Chine de nombreux martyrs de la Foi. 



Le Cardinal, qui est connu pour son franc-parler, a en outre déclaré aux très nombreux journalistes qui ont assisté à la cérémonie qu'il désirait désormais consacrer une partie de son temps de retraite aux fidèles attachés à la liturgie traditionnelle de l'Église.

Le Cardinal Zen Zekiun fut un ami personnel de Jean-Paul II. Il a été nommé l'an dernier membre de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, après que Benoît XVI l’ait nommé membre du Conseil post-synodal du Synode pour l’Eucharistie, tenu à Rome en octobre 2005. Ce n’est donc pas d'une manière incompétente ou non autorisée que le Cardinal s'est exprimé sur cette question liturgique.

Certains pourraient espérer que le Cardinal ait surtout souhaité donner une signification plutôt "politique" à sa décision. L'on sait en effet que dans un souci de paix et d'unité le Saint Père Benoît XVI multiplie, depuis le début de son pontificat, les signes d'ouverture envers les catholiques chinois de l'Église patriotique qui pour beaucoup sont demeurés attachés aux formes liturgiques en vigueur avant leur rupture d'avec Rome dans les années 40. L'on sait par exemple que plus de 10% des messes célébrées en Chine continentale le sont selon la forme que nous appelons désormais" Extraordinaire" et que chaque jour la messe tridentine est encore célébrée dans la cathédrale de Pékin à la grande joie de nombreux chinois mais aussi de centaines d’expatriés et européens qui y retrouvent la piété authentique et une atmosphère de catholicité universelle.

Une telle lecture serait erronée et le cardinal Zen a expliqué que son geste était liturgique et non politique. Il a souhaité manifester publiquement l’importance de cette forme liturgique et redire que c’est le vœu même du Vatican que cette liturgie soit remise à l’honneur dans les diocèses. Le Cardinal n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai et il a déjà célébré publiquement une messe pontificale en rite tridentin en mai 2006 quelques semaines après son élévation au Cardinalat et plus d'un an avant la promulgation du motu proprio Summorum Pontificum du 7 juillet 2007. 

Devons-nous espérer prochainement la venue en France du Cardinal Zen pour inspirer ses frères évêques ?

Devons-nous espérer que nos frères catholiques de Chine nous envoient des prêtres familiers de la forme extraordinaire pour palier la carence de notre clergé ?







A la une

Nos dernières lettres

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique