Notre lettre 451 publiée le 5 août 2014

La Messe – Des rites sacrés à la découverte du mystère : UNE LECTURE D'ÉTÉ POUR VOS ENFANTS... ET POUR VOUS !

Le livre que nous vous proposons d'offrir et de faire lire à vos enfants ou bien de (re)lire vous-même en ce mois d'août n'est pas nouveau. Il fête ses 60 ans dans son édition originale américaine et date de 2009 dans son édition française, due à une collaboration efficace entre les éditions Reynald Secher et Nuntiavit (FSSP). 

Indémodable par son sujet – la messe –, il demeure surtout d'une grande efficacité pédagogique et spirituelle et d'une lecture facile puisqu'il s'agit... d'une bande dessinée ! C'est le cardinal Spellman, archevêque de New-York de 1939 à 1967, qui avait donné son imprimatur à cette BD due au père capucin Demetrius Manousos

Nous vous reproposons cette semaine la préface de l'édition française, signée de l'abbé Jacques Olivier. 


QU'EST-CE-QUE LA MESSE ? 
par l'Abbé Jacques Olivier, FSSP 

Le Saint-Sacrifice de la Messe est quelque chose de si grand qu'il faudrait trois éternités pour l'offrir dignement : la première pour s’y préparer, la seconde pour le célébrer, la troisième pour rendre de justes actions de grâces. (Saint Jean Eudes) 

Il y a deux mille ans, à trois heures de l'après-midi, cloué sur une croix au sommet du Golgotha, Jésus mourait pour le salut des hommes. En offrant sa vie en sacrifice à son Père du ciel, il rachetait le monde et réalisait la grande, l'incomparable, la seule et unique messe. La messe de la Croix, anticipée la veille au Cénacle avec les apôtres lors de la Sainte Cène et perpétuée dans chacune des messes célébrées depuis lors. 

Il y a deux mille ans, le Christ a voulu donner sa vie en sacrifice à son Père par amour pour nous, et se donner à nous en nourriture pour nous faire devenir enfants de Dieu et temples du Saint-Esprit.

Depuis deux mille ans, à l'image du Christ-prêtre, les prêtres répètent et actualisent les gestes du Christ : ils renouvellent de manière non-sanglante le sacrifice du Christ et font communier les fidèles au Pain de Vie. « Faites ceci en mémoire de moi... » leur a ordonné Jésus. En langage courant, on dit qu'ils disent la messe, sans se douter de la puissance de ces simples mots... 

Aucun chrétien ne doit ignorer que l'autel d'une église – de la plus majestueuse cathédrale à la plus humble chapelle – est toujours un autre calvaire, sur lequel est rendu présent à chaque messe l'acte d'amour infini de Dieu pour les hommes, source de toutes grâces. En y assistant avec piété, nous y recevons plus que par l'accomplissement de toutes nos bonnes œuvres réunies : c'est Dieu lui-même qui vient agir en nous. Nous sommes alors unis au Christ qui augmente en nous la vie surnaturelle et nous donne des gages pour la vie éternelle et pour notre propre résurrection. 

Le sacrement de l'eucharistie est ainsi une nourriture pour notre âme : « Jésus-Christ est présent dans l'Eucharistie d'une façon unique et incomparable. Il est présent en effet d'une manière vraie, réelle, substantielle : avec son Corps et son Sang, avec son Âme et sa Divinité. Il est présent de manière sacramentelle, c'est-à-dire sous les espèces du pain et du vin, le Christ tout entier, Dieu et homme ». Nous sommes bel et bien « conviés au festin des noces de l'Agneau ». 

Mais cette invitation passe par la croix : il n'y a pas de Vie, de Présence, d'Amour, sans Sacrifice... « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime » nous enseigne Jésus, avant de nous en donner l'exemple par sa mort sur la Croix : son Corps est livré et son Sang répandu. 

Au moment de la consécration, se réalise à nouveau l'offrande faite à Dieu du Sacrifice Parfait. Ce sacrifice adore Dieu, sauve le monde, répare les péchés, obtient toute grâce... Aujourd'hui encore, chaque messe réalise quatre effets : 
– la louange : elle est l'adoration, la reconnaissance de l'empire de Dieu sur toute la création,
– l'action de grâces : elle remercie infiniment Dieu pour ses bienfaits, en lui rappelant ce qu'il a fait de meilleur pour nous,
– la propitiation : elle obtient la rémission (le pardon) pour nos péchés, et nous sauve des peines de l'enfer ou du purgatoire,
– l'impétration : elle nous obtient de Dieu les dons naturels et surnaturels dont nous avons besoin dans notre vie. 

Nous pouvons ainsi comprendre pourquoi il est important d'assister à la messe au moins chaque dimanche et grande fête : nous avons tant à y recevoir. C'est la meilleure occasion de présenter nos intentions de prière à Dieu, pour nous-mêmes, pour nos amis, pour nos malades ou pour nos défunts, et d'obtenir son aide miséricordieuse. 

***

POUR VOUS PROCURER CE LIVRE

La Messe – Des rites sacrés à la découverte du mystère 
Grand format, 24 euros ; petit format, 16 euros.
Si vous n'avez pas encore la BD dans votre bibliothèque, sachez que vous pouvez encore l'acquérir en ligne via le site des éditions Reynald Secher ou directement auprès de Petrus Diffusion, la boutique des Amis de la Fraternité Saint-Pierre (tél : 03 86 66 17 50).





A la une

Nos dernières lettres

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique