Notre lettre 694 publiée le 7 mai 2019

GRANDE ENQUÊTE DE PAIX LITURGIE SUR LE CATHOLICISME EN CORÉE : TROISIÈME PARTIE

Nous vous présentons aujourd’hui le troisième volet de notre enquête sur le catholicisme en Corée avec la publication des résultats du sondage que nous avons fait réaliser dans ce pays, cet hiver, pour mesurer la perception du motu proprio Summorum Pontificum et les aspirations des fidèles coréens en matière liturgique.


Q – Louis Renaudin – Pouvez-vous nous présenter le sondage qui vient d’être réalisé en Corée ?


R – Paix Liturgique –
Ce sondage a été commandité, comme tous les autres sondages que nous avons fait réaliser depuis près de 20 ans, à un organisme professionnel, qui l’a mis en œuvre entre les 24 janvier et le 7 février 2019, auprès d’un échantillon significatif de 2346 personnes réparties au sein de toutes les régions de la Corée du sud.


Q – Louis Renaudin – Je crois que ce sondage a fourni de prime abord une information importante.


R – Paix Liturgique –
En effet dès le début de cette consultation les sondeurs ont été étonnés du nombre de personnes qui se sont déclarées comme « catholiques ».


Q – Louis Renaudin – En quoi cela est-il étonnant ?


R – Paix Liturgique –
Eh bien, selon les statistiques officielles connues en Corée le nombre des baptisés catholiques avoisinerait les 12 % de la population, comme nous l’avons indiqué dans le premier volet de ce dossier. Or, dès les 1000 premières personnes sondées, le chiffre de « ceux qui se considèrent comme catholiques » qui est apparu à l’organisme de sondage fut significativement plus important, ce qui nous amena à élargir l’assise du sondage à plus de 2300 personnes pour vérifier si cette tendance se maintenait et ce fut bien le cas.


Q – Louis Renaudin – Combien de Coréens se déclarent-ils donc comme catholiques dans cette enquête ?


R – Paix Liturgique -
Ce sont 17 % des personnes sondées qui se déclarent « Catholiques », c’est-à-dire près de 5 % de plus que ce qu’indiquaient les statistiques actuellement à notre disposition.


Q – Louis Renaudin – Comment expliquez-vous cela ?


R – Paix Liturgique -
C’est difficile et peut-être même impossible mais nous pouvons néanmoins suggérer deux hypothèses qui l’une et l’autre supposent que le catholicisme mord actuellement sur le protestantisme :

Nous savons que désormais le christianisme est la première religion de Corée, mais que ce christianisme très éclaté est majoritairement protestant. Or, il pourrait apparaître, surtout après la venue du pape en Corée en 2014, que pour un nombre non-négligeable de chrétiens coréens il n’apparaisse pas de distinction claire entre le catholicisme et le protestantisme et qu’un pourcentage significatif d’entre eux n’ait pas hésité à se considérer comme « catholiques », ce qui leur semble plus identifiant, alors qu’ils ne le seraient pas canoniquement.

Une seconde hypothèse est une réflexion au sujet des statistiques disponibles actuellement en Corée. Celles-ci sont assises sur les baptêmes célébrés au sein de l’Eglise catholique. Or, il se pourrait que des chrétiens baptisés dans le monde protestant se considèrent à l’âge adulte comme catholiques. Même s’ils font un acte formel d’adhésion à l’Eglise catholique, on ne réitère pas leur baptême, qui par conséquent n’est pas décompté.

Quoi qu’il en soit, notre sondage indique que 17 % des coréens se déclarent catholiques.


Q – Louis Renaudin – En sait-on un peu plus sur ces catholiques coréens ?


R – Paix Liturgique –
En gros, on peut dire que les hommes jeunes se déclarent davantage catholiques que les femmes seniors ce qui est un élément qui ne se retrouve pas en Europe


Q – Louis Renaudin – Ces catholiques se déclarent-ils pratiquants ?


R – Paix Liturgique -
Nous savions déjà les catholiques coréens pieux et pratiquants. Le sondage le confirme et amplifie cette constatation car il ressort de cette étude que plus de 47 % des catholiques coréens déclarent aller à la messe chaque dimanche et seulement 4,5 % d’entre eux déclarent n’y aller jamais.


Q – Louis Renaudin – Ce sont les jeunes qui sont le plus pratiquants ?


R – Paix Liturgique –
Non, ce sont les seniors qui déclarent pratiquer chaque dimanche à plus de 63 % alors que « seulement » 41% des jeunes de 18 à 29 ans le font chaque dimanche. Si l’on cumule tous les types de pratique, chaque dimanche ou plus irrégulièrement, on arrive tout de même au même niveau de pratique soit 85 % des fidèles, que l’on observe les seniors ou les juniors.


Q – Louis Renaudin – Les Coréens connaissent-ils le motu proprio Summorum Pontificum promulgué en 2007 par Benoit XVI ?

R – Paix Liturgique – Oui, et à un niveau élevé, car plus de 63 % des catholiques de Corée connaissent l’existence de ce texte ce qui est assez considérable et globalement supérieur à nos régions d’Europe (en France ce sont 58 % des catholiques qui le connaissent, 58% en Italie, 26% au Portugal, 40 % en Grande Bretagne,…). Notons cependant que ce sont les seniors qui connaissent le mieux l’existence du motu proprio puisque plus de 87 % des catholiques de plus de 60 ans en connaissent l’existence alors que « seulement » 57 % des juniors de 18 à 29 ans connaissent ce texte.


Q – Louis Renaudin – Et que pensent les coréens des conséquences du motu proprio ?


R – Paix Liturgique -
Rappelons que dans l’intitulé des questions de notre enquête nous précisions, pour caractériser la forme extraordinaire, que celle-ci « est célébrée par le prêtre tourné vers le Seigneur et que la communion y est reçue à genoux et sur les lèvres ». Cela est important car nous avons vu lors des propos précédents que pour de multiples raisons l’agenouillement était banni de la liturgie en Corée. Or malgré cela, plus de 50% des catholiques qui ont répondu à notre enquête trouveraient « normale » la célébration des deux formes du rite dans leurs paroisses.


Q – Louis Renaudin – Y-a-t-il des divergences d’opinion à ce sujet entre les seniors et les juniors ?


R – Paix Liturgique -
Tout à fait, car si les catholiques de moins de 60 ans considèrent ces célébrations comme normale à plus de 53 % ils sont seulement 37 % des seniors de plus de 60 ans à le considérer ainsi et 50 % le considèrent même comme « Pas normal »


Q - Louis Renaudin – Que pensez-vous que cela signifie ?


R – Paix Liturgique - Je pense que cela peut signifier deux choses :

- Cela signifie probablement que les seniors sont plus attachés à l’obéissance totale que les plus jeunes des coréens et qu’il est difficile pour eux de « paraître désobéir » à ce qu’indique leur hiérarchie…

- et puis comme en Europe les seniors de Corée ont été les acteurs des réformes post-conciliaires et y sont attachés au moins parce que cela leur rappel leur jeunesse alors que les plus jeunes n’ont pas cette nostalgie…

Au fond, le catholicisme coréen, avec ses particularités, rejoint les tendances lourdes du catholicisme mondial : les couches jeunes sont plus portées vers des formes traditionnelles.


Q – Louis Renaudin – Y-a-t-il des différences d’opinion à ce sujet entre les pratiquants et les non pratiquants ?

R – Paix Liturgique – Sachant que presque tous les coréens catholiques sont pratiquants, la différence n’est pas significative. Cependant, alors que plus de 53 % des pratiquants « de chaque dimanche » sont favorables au bi-formalisme dans leurs paroisses, les autres ne le seraient qu’à un peu plus de 46 %. Ici encore, on rejoint les tendances générales : plus les catholiques pratiquent, plus ils sont de sensibilité « conservatrice », au sens d’attachement à un conservatoire liturgique et catéchétique.


Q – Louis Renaudin – Cette positon entraînerait-elle les Coréens à assister à la messe célébrée selon la forme extraordinaire ?


R – Paix Liturgique –
On doit toujours faire la part dans les réponses de ce qui a valeur de manifestation d’opposition aux tendances officielles. Le catholicisme aussi à son « populisme »… Cependant, deux chiffres m’ont impressionné à la lecture des résultats de ce sondage. Le premier est que seulement 7 % des catholiques coréens n’assisteraient JAMAIS à la messe « Extraordinaire », ce chiffre est le plus bas que nous avons trouvé lors des 30 sondages que nous avons réalisés en France et dans le monde depuis l’an 2000.


Q – Louis Renaudin – Et le second ?


R – Paix Liturgique -
C’est que plus de 27 % des catholiques pratiquants assisteraient CHAQUE SEMAINE à la messe traditionnelle si celle-ci était célébrée dans leur Paroisse… Un chiffre qui met les catholiques coréens au même niveau d’attente que les français, les catholiques italiens, américains et polonais…


Q – Louis Renaudin – Là encore, malgré vos remarques fondées sur la grande pratique des Coréens y-a-t-il des différences entre pratiquants et non pratiquants ?


R – Paix Liturgique -
les réserves déjà formulées devant être présentes à l’esprit, oui, il y a une différence car, en Corée, ce serait plus de 38 % des pratiquants « de chaque dimanche » qui iraient volontiers à la messe TOUS LES DIMANCHES si elle était célébrée selon sa forme extraordinaire… 38% ! Même, encore une fois, si on peut concéder que cette proportion traduit pour une part un message que veulent faire passer les sondés, dont il faudrait ensuite vérifier in concreto comment il se traduit par une pratique de la messe traditionnelle effectivement proposée dans les paroisses, il est considérable. Ai-je besoin de souligner qu’une telle proportion, alors que les Coréens ne connaissent, de fait, pratiquement pas la messe traditionnelle, 50 ans après la réforme conciliaire de la liturgie, signe clairement son échec ?


Q – Louis Renaudin – C’est, en effet, assez impressionnant.


R – Paix Liturgique –
Ajoutant que ce sont les hommes qui agiraient majoritairement dans ce sens car 42 % d’entre-deux déclarent qu’ils feraient ce choix tous les dimanches si celui-ci leur été permis…


Q – Louis Renaudin – Quelles réflexions vous inspirent ces résultats ?


R – Paix Liturgique –
Je ne peux que répéter que l’attrait pour la Tradition n’est pas une particularité franco-française comme nous l’ont ressassé des aveugles du passé, ni même un phénomène européen mais une attente universelle du monde catholique. Nous avions eu une première confirmation de cela au vu de nos précédents sondages réalisés en dehors de la « vieille Europe » occidentale, que ce soit en Pologne ou mieux encore au Brésil. Aujourd’hui avec ce sondage réalisé dans un pays d’Asie tout à fait étranger à la culture gréco-romaine, sinon par la réception du catholicisme latin, nous réalisons que cet engouement est d’abord fondé sur la cohérence des fidèles vis-à-vis de leur foi catholique, et cela sous forme d’un « retour » dont la liturgie est le signe. Ce que nous constatons en Corée confirme le constat d’échec des nouvelles formes du catholicisme et la tendance au rejet par une part non négligeable d’entre les pratiquants, qui vaut pour l’ensemble de la planète.


Q – Louis Renaudin – Une conclusion ?


R – Paix Liturgique -
Si l’on se souvient que les Coréens sont aujourd’hui à la pointe de la science et d’une modernité intelligente, respectueuse du passé, l’on ne sera pas surpris qu’ils soient d’instinct, demain, prêts à opter en masse pour un retour vers une lex orandi forte, et non plus molle, conforme à un message catholique de même qualité.

A la une

Nos dernières lettres

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique