Notre lettre 732 publiée le 5 février 2020

BILAN 2019 DE LA SITUATION DE LA MESSE TRADITIONNELLE DANS LE MONDE

Comme l’an passé, nous publions un bilan, unique en son genre, sur la messe traditionnelle, que nous livre de manière informelle le président de Paix liturgique, Christian Marquant. En 2018, ce dernier, sous la forme de trois entretiens successifs (Lettres 678, 682, 684), donnait des chiffres aussi précis que possible quant à la présence de la liturgie traditionnelle sur la face du globe, en même temps que sur les prêtres et les fidèles qui la faisaient vivre. Qu’en a-t-il été en 2019 ?


Se lancer à publier un panorama de la liturgie traditionnelle dans le monde, comme nous l’avons fait l’an passé, était une démarche ambitieuse et risquée du fait qu’à notre connaissance rien n’avait été encore tenté de semblable pour mesurer cette réalité. Voilà pourquoi, dès le premier entretien à ce sujet, j’avais invité tous ceux qui le pourraient à nous faire part de leurs réserves, critiques, informations nouvelles, pour nous aider à présenter au plus vite une étude plus rigoureuse que celle que nous avions réalisée et dont nous étions les premiers à mesurer les imperfections. Je lançais en somme l’idée d’un wikibilan sur la messe antique…


De fait, un bon nombre de correspondants nous ont donné des informations constituant des corrections nécessaires, sur lesquelles je reviendrai plus tard. Mais globalement nous n’avons reçu, ni de la part d’amis, ni de la part d’adversaires, des éléments nous obligeant à remettre en cause profondément notre bilan. Ce qui nous a invités à renouveler l’exercice.


Comme l’an passé, je suivrai le même schéma :

- en essayant de mesurer d’abord la diffusion de la liturgie traditionnelle dans les pays du monde,
- en tentant ensuite d’évaluer le nombre de prêtres célébrants l’usus antiquior,
- enfin, plus brièvement, en m’intéressant au nombre des fidèles qui désirent vivre leur foi catholique au rythme de la liturgie traditionnelle.


La diffusion de la liturgie traditionnelle dans les pays du monde : une croissance de 10%


A la fin de l’année 2018, nous avions indiqué que la liturgie traditionnelle était célébrée dans 80 pays distincts, sans compter les provinces ou départements d’Outre-Mer de pays comme la France ou la Grande-Bretagne. Je ne niais pas, bien entendu, qu’existaient de grandes disparités entre les divers pays où l’usus antiquior était célébré, mais il était réellement présent dans au moins 80 pays de toutes tailles et dans tous les continents.

Or, c’est à ce sujet qu’intervinrent le plus grand nombre de ceux qui ont réagi, en nous faisant connaître plusieurs pays que nous avions omis, alors que la liturgie traditionnelle y était bien présente. En sens inverse, on nous a signalé que la messe traditionnelle n’était plus célébrée en Côte d’Ivoire, ce qui était le seul cas de disparition.

A la fin 2019, en tenant compte des corrections qui nous ont été indiquées et des nouveaux pays pour lesquels nous avons eu des renseignements sur l’éclosion de célébrations traditionnelles, nous arrivons à un nombre de 88 pays – 88 connus de nous – (soit neuf de plus et un de moins) ou est désormais célébrée régulièrement l’usus antiquior soit 10% de plus que le chiffre que nous annoncions l’an dernier (3).

Les 9 pays qui s’ajoutent à notre liste de 2018 sont :  la Bosnie, le Burkina-Faso, aussi surprenant que cela puisse paraître, les Emirats arabes unis, la Géorgie, Jersey, le Montenegro,  la Roumanie, la Serbie et le Vietnam (voir la liste complète par continent en fin de lettre)

Il apparait ainsi que, pour des continents entiers – je pense à L’Europe et à l’Amérique –, on arrive à une couverture presque totale, et que les ajouts n’y concernent désormais que des petits Etats. En Asie, l’entrée du Vietnam « dans le club » met fin à l’existence d’un grand pays catholique d’Asie qui était sans célébration de l’usus antiquior. L’Afrique semble – pour l’instant – un peu en retrait par rapport à ce développement. Mais, comme je l’ai dit lors des dernières journées Summorum Pontificum d’octobre 2019, nous pourrons bientôt démontrer que cela ne sera plus exact, ayant pu mesurer que le désir des catholiques africains de s’associer à l’usus antiquior était aussi important qu’ailleurs.

Au total, il ne subsiste pas beaucoup de grands pays catholiques ou n’est pas encore célébrée la messe traditionnelle et qui seraient à « conquérir ». Je vois pour ma part le Venezuela en Amérique, la situation politique et économique de ce pays fait que rien de ce qui paraît « normal » ailleurs n’y est facile. En Afrique, le grand absent est la République démocratique du Congo, pays qui connait aussi une certaine instabilité rendant difficile l’instauration de la liturgie traditionnelle, notamment par l’installation de communautés de prêtres, mais je pense que ces deux exceptions n’en seront plus dans un futur proche.


Les prêtres  attachés à la liturgie traditionnelle

 

Pour reprendre ma classification de l’an passé, nous pouvons considérer trois groupes de prêtres célébrant la liturgie traditionnelle :



- Le groupe des prêtres lefebvristes.

- Le groupe des prêtres Ecclesia Dei, qu’il vaudrait mieux appeler aujourd’hui Summorum Pontificum, d’autant que la Commission Ecclesia Dei s’est fondue dans la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Je les appellerai donc prêtres Ecclesia Dei/Summorum Pontificum.

-  Et enfin les prêtres diocésains et réguliers non attachés à des communautés exclusivement vouées à la célébration de l’usus antiquior.


A/ Le groupe des prêtres lefebvristes 

Mon appellation n’a rien de polémique. Je veux parler des prêtres liés d’une manière ou d’une autre à la Fraternité Saint-Pie-X. C’est sans doute le groupe le plus connu et le plus aisément mesurable. Il constitue l’agrégation de trois éléments :


1°/ La Fraternité Saint-Pie- X elle-même : elle vient de publier sur son site officiel qu’elle réunissait 3 évêques et 654 prêtres, soit un total de 657 prêtres. Ce chiffre est grosso modo identique à celui que nous donnions en 2018.


2°/ Les communautés qui y sont rattachées : il est plus difficile de mesurer le nombre précis des prêtres des communautés qui gravitent autour de la FSSPX, capucins de Morgon, Bénédictins de Bellaigue, Fraternité de la Transfiguration, et quelques autres moins connus des Français. L’an dernier, nous avions estimé que leur nombre tournait autour de 50 prêtres. Des précisions qui nous ont été données nous amènent à réajuster ce nombre à 55 à la fin de 2019.


3°/ Et le groupe dissident que l’on appelle aujourd’hui communément la Résistance, puisque c’est le nom qu’il se donne : le nombre de prêtres s’y rattachant se situe autour de 50 prêtres.


Ce qui donne un total de prêtres lefebvriste, pour l’année 2019, de 762.


B/ L’ensemble des prêtres Ecclesia Dei/Summorum Pontificum 


Il est lui-même composé de trois groupes :

1°/ Les communautés rattachées à l’ancienne Commission Ecclesia Dei : nous estimons qu’elles réunissent à peu près 580 prêtres (Fraternité Saint-Pierre 320, Institut du Christ-Roi 115, l’Institut du Bon Pasteur 55 et Administration Saint-Jean-Marie – Vianney 36, et en outre, 50 prêtres appartenant aux autres instituts Ecclesia Dei.


2°/ Les communautés traditionnelles non rattachées au bureau de la CDF qui a pris la suite de la Commission Ecclesia Dei (pouvant cependant avoir des rapports avec lui pour des questions techniques), mais qui dépendent soit d’un diocèse soit d’une autre communauté religieuse (par exemple, la Sainte-Croix de Riaumont qui dépend de l’abbaye de Fontgombault, ou la communauté de la Miséricorde divine qui dépend du diocèse de Toulon). Le nombre de leurs prêtres est le plus difficile à cerner, car si l’on connait celui de la Fraternité de la Miséricorde divine ou de la communauté de Riaumont, les autres groupes d’Europe ou d’Amérique sont plus malaisé à mesurer. Néanmoins le chiffre de 50 prêtres semble un minimum.


3°/ Et enfin les communautés monastiques affiliées à des fédérations religieuses, et qui dépendent de la congrégation des Religieux (Fontgombault et ses filles, via la Congrégation de France ou de Solesmes) : on y dénombre environ 120 prêtres rattachés aux abbayes de Fontgombault et à ses filles et environ 30 autres rattachés à d’autres maisons soit un total de 150 prêtres.


On arrive ainsi à un total de 780 prêtres Ecclesia Dei/Summorum Pontificum.


C/ Enfin, les prêtres diocésains et réguliers non attachés à des communautés exclusivement vouées à la célébration de l’usus antiquior


Nous arrivions dans notre bilan 2018 à un nombre de 3000 prêtres (veuillez vous reporter à ce bilan pour plus de précisions). C’est à leur sujet que les remarques et précisions qui nous sont parvenues à l’issu de la publication de notre bilan 2018 ont été les plus nombreuses, en fait pour nous inviter à le majorer, car il est évident que désormais partout dans le monde – il suffit de noter l’accroissement géographique des célébrations – se trouvent des prêtres diocésains ou religieux qui célèbrent la messe traditionnelle en privé, au sein de leurs communautés, ou pour des communautés de fidèles. Cependant, autant il et assez facile de resserrer nos informations au sujets des prêtres attachés à des communautés traditionnelles, autant il est difficile d’être précis pour les autres. Aussi, pour l’instant, nous nous bornerons-nous à estimer qu’il existe dans le monde plus de 4000 prêtres diocésains et religieux non attachés à des instituts traditionnels, qui célèbrent régulièrement et volontiers selon le rite traditionnel (je voulais dire la forme : lapsus révélateur…).


Ceci nous donne un total général d’environ 5550 prêtres attachés à la liturgie traditionnelle (760 prêtres de la famille lefebvriste ; 780 prêtres de la famille Summorum Pontificum ; 4000 prêtres diocésains et assimilés) soit environ 1,33 % des prêtres de l’Eglise catholique tout entière (1) Un chiffre faible en soi, mais en pleine croissance, ce que chacun peut d’ailleurs constater d’expérience autour de lui.


Les fidèles attachés à la liturgie traditionnelle ou désireux de la pratiquer

 

Nous disions l’an dernier que, suite à nos nombreux sondages réalisés dans le monde entier, il était possible, en pondérant les résultats de ces enquêtes (il est probable que les réponses en faveur de la messe traditionnelle sont pour un certain nombre de catholiques une sorte de « vote de protestation » contre la forme de religion que leur impose le clergé) de penser qu’au moins 10 % des catholiques de la planète, soit 130 millions de fidèles (2), désiraient vivre leur foi catholique au rythme de la liturgie traditionnelle de l’Eglise latine. Pourcentage d’autant plus plausible que l’on sait que, dans un pays comme la France, le « plancher » des catholiques qui assistent toujours à la messe traditionnelle, quelles que soient les facilités de pratique, est de 6%.


Il en est des fidèles comme des prêtres. Nos affirmations se fondant, non sur des statistiques, mais sur des sondages, dont tous les sociologues s’accordent à dire qu’ils sont tout de même une très bonne indication. Il se trouve que nos dernier sondages, réalisés en 2019 en Corée et aux Etats-Unis, donnent des pourcentages plus élevés encore que dans les sondages que nous avons réalisé pour la veille Europe et l’Amérique latine. Nous pouvons donc à minima dire que notre évaluation de l’an dernier s’en trouve renforcée : plus de 130 millions de catholiques dans le monde aspirent à vivre leur catholicisme selon la liturgie traditionnelle


Conclusion

 

J’envisage donc assez sereinement l’avenir, malgré les difficultés que les adversaires de la paix liturgique ne cessent de faire à leurs frères traditionnels. Cette paix liturgique est d’ailleurs la condition première d’une vraie paix de l’Eglise. On s’inquiète souvent en disant que ce qu’un pape a fait – Benoît XVI – un autre pourrait le défaire. Je souligne d’abord que le motu proprio de Benoît XVI et les textes qui l’ont précédé, ont légitimé une situation qui s’était d’elle-même instituée par la volonté des fidèles traditionnels. Et il est clair aujourd’hui que l’usus antiquior et tout ce qui l’entoure et tout qu’il soutient, notamment en ce qui concerne l’enseignement du catéchisme, ne pourra plus être enterré ni mis à l’écart. La famille liturgique tridentine constitue désormais un groupe incontournable de l’univers catholique d’aujourd’hui et plus encore de demain.


Et je fais en terminant un nouvel appel à tous ceux qui pourront nous aider à améliorer les résultats de notre bilan 2019, de sorte que le bilan 2020, que nous publierons en janvier 2021 soit encore plus complet et précis.


(1)   Annuaire statistique de l’Eglise 2016 , Libreria Editrice Vaticana , 2018 – Voir la page 80 - Les dernières statistiques du nombre de prêtres catholique qui nous ont été données par l’Office des statistiques du Vatican en 2018  concernent l’année 2016. Le chiffre révèle que l’ensemble des prêtres catholiques latins ou orientaux est de 414 467

(2)  Annuaire statistique de l’Eglise 2016, Libreria Editrice Vaticana, 2018 – Voir la pages 17 à 19. Les catholiques latins sont aujourd’hui 1 299 000 000 de fidèles

(3) Liste des pays


1/1 - Pays d'Europe où est célébrée la Messe traditionnelle

Allemagne, Autriche, Belgique, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Italie, Jersey , Le Vatican, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Monténégro ,Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Roumanie, Russie, Serbie ,  Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Tchéquie,  Ukraine


1/2 - Pays d'Europe où n'est pas célébrée la messe traditionnelle

Albanie, Andorre, Bulgarie, Chypre, Grèce, Guernesey Islande, Macédoine, Moldavie, , Saint-Marin.


2/1 - Pays d'Amérique où est célébrée la Messe traditionnelle 

Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Équateur, Guatemala, Haïti, Honduras, Mexique, Nicaragua, Paraguay, Pérou, Porto-rico, République Dominicaine, Trinidad et Tobago, Uruguay, USA (+ les département français de Guadeloupe, de Guyane , et de Martinique ).


2/2 - Pays d'Amérique où n'est pas célébrée la messe traditionnelle

Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Belize, Dominique, Guyana, Jamaïque, Panama, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, El Salvador, Suriname, Trinité-et-Tobago, Venezuela.


3/1 - Pays d'Afrique où est célébrée la Messe traditionnelle : (Rwanda ? –IBP ?????? )

Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo Brazzaville, Côte d'Ivoire, Gabon, Guinée Equatoriale, Ile Maurice, Kenya, Madagascar, Nigeria, Ouganda, Tanzanie, Zimbabwe (+ le département français de la Réunion,)


3/2 - Pays d'Afrique où n'est pas célébrée la messe traditionnelle

Algérie, Angola, Botswana, Burundi, Cap Vert, Comores, Egypte, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Lesotho, Liberia, Libye, Malawi, Mali, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, République Centrafricaine, République de Djibouti, République Démocratique du Congo, Rwanda, São Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, Tchad, Togo, Tunisie, Zambie.


4/1 - Pays d'Asie où est célébrée la Messe traditionnelle

Ceylan, Chine, Corée, Emirats Arabes Unis, Géorgie, Inde, Indonésie, Israël, Japon, Kazakhstan, Malaisie, Philippines, Singapour, Taiwan, Vietnam.


4/2 - Pays d'Asie où n'est pas célébrée la messe traditionnelle

Afghanistan, Arabie saoudite, Arménie, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Birmanie, Bhoutan, Cambodge, Irak, Iran, Jordanie, Kirghizistan, Koweït, Laos, Liban, Maldives, Mongolie, Népal, Oman, Ouzbékistan, Pakistan, Palestine, Qatar, Syrie, Tadjikistan, Thaïlande, Turquie, Yémen.


5/1 - Pays d'Océanie où est célébrée la Messe traditionnelle :

Australie, Fidji, Nouvelle-Zélande (auxquels il faut ajouter les territoires français de Nouvelle-Calédonie et la Polynésie).


5/2 - Pays d'Océanie où n'est pas célébrée la messe traditionnelle

Brunei, États fédérés de Micronésie, Îles Marshall, Kiribati, Nauru, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Salomon, Samoa, Timor oriental, Tonga, Tuvalu, Vanuatu.

A la une

Nos dernières lettres

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique