Notre lettre 800 publiée le 5 juin 2021

2021 : NOTRE-DAME DE CHRETIENTE DE PARIS A CHARTRES

MAIS AUSSI DANS LES SANCTUAIRES DE FRANCE ET DANS LE MONDE ENTIER !

Du 23 au 25 mai 2021 s’est déroulé le 39ème pèlerinage de Chartres de Notre-Dame de Chrétienté sur le thème « Je suis la Voie, la Vérité, la Vie ». Cette année comme l’an dernier déjà la situation particulière engendrée par la Covid 19 a perturbé l’ordre bien établit désormais depuis 1982, nous avons demandé à Louis de Lestang, le Directeur des Pèlerins, de nous expliquer comment tout était entré dans l’ordre et comment s’était déroulé le pèlerinage 2021.


Paix liturgique : Cher Louis pourriez-vous pour commencer nous parler de l’organisation du pèlerinage de ND de Chrétienté ?

Louis de Lestang : Depuis près de 40 ans l’association Notre-Dame de Chrétienté met en place ce qui est devenu le plus important pèlerinage itinérant de France. Au fil des années l’association s’est donc structurée et s’appuie sur des centaines de bénévoles qui chaque année relancent une machine parfaitement huilée. Lorsqu’au début du printemps 2020 le crise sanitaire est arrivée, la préparation du pèlerinage « normal » était très avancée et il a fallu s’adapter, au dernier moment, aux règles sanitaires qui nous étaient imposées et en premier lieu à l’impossibilité de réunir plus de 10 personnes. Nous avons donc demandé à nos chefs de chapitres de mettre en place un modèle nouveau pour le pèlerinage de 2020.


 


Paix liturgique : Lequel ?

Louis de Lestang : Des initiatives locales ont été mises en place à travers toute la France et à l’étranger en groupes de 10 personnes. La mobilisation a été formidable. Mais la frustration était grande de ne pouvoir se rassembler tous dans le cadre des messes, des bivouacs comme nous le faisons « de Tradition ». Voilà pourquoi nous avons essayé d’être plus innovant pour le pèlerinage de 2021.


Paix liturgique : N’avez-vous pas essayé de revenir aux  « fondamentaux » ?

Louis de Lestang : Si et pendant longtemps nous avons travaillé sur des plans A, B, …(Le plan A étant de maintenir le pèlerinage comme à l’ordinaire, le plan B celui de le réaliser « comme à l’ordinaire mais en limitant le nombre des pèlerins entre Paris et Chartres, etc.) espérant maintenir a-minima une colonne la plus importante possible entre Paris et Chartres. A la grande différence de l’année précédente nous étions conscients très en amont de la situation difficile dans laquelle nous nous trouvions et nous avons pu anticiper différents scénarii. Mais paradoxalement, nous savions que l’incertitude serait grande jusqu’au dernier moment. C’est pourquoi, bien vite nous avons fait des choix différents .


 


Paix liturgique : Alors qu’avez-vous entrepris ?

Louis de Lestang :  De régionaliser le pèlerinage. Avec à nouveau des plans A, B , C, … anticipant ainsi toutes les options possibles sur l’évolution de la crise et les décisions gouvernementales et préfectorales. Au final, la plan que nous avons déroulé a permis à nos pèlerins de marcher en groupes de 10 et de se retrouver plus nombreux partout où cela était possible, par exemple pour une messe de clôture dans un grand sanctuaire.


Paix liturgique : C’est la grande nouveauté de ce pèlerinage 2021 ?

Louis de Lestang : Tout à fait. Notre volonté était en effet de retrouver ces grands rassemblements, ces mini-chrétientés, mais cette-fois-ci en le réalisant au niveau des régions.


  


Paix liturgique : Cette orientation a –t-elle été partagée par les pèlerins et chapitres ?

Louis de Lestang : Au départ l’idée a été reçue avec prudence, parfois même avec crainte, car cela annonçait une organisation décentralisée totalement nouvelle pour nos chefs de régions sur qui reposerait la coordination de ces pèlerinages régionaux. Et puis, ne le cachons pas, l’idée de ne pas se retrouver tous à Chartres comme nous le faisons depuis si longtemps est apparue à beaucoup comme iconoclaste ! Mais la Providence ne nous laissait pas d’autre choix, c’est donc dans cette voie que nous nous sommes engagés.


Paix liturgique : Avec quels résultats ?

Louis de Lestang : Stupéfiants ! Coïncidant avec le déconfinement, le nombre d’inscriptions, modeste au départ, a augmenté extrêmement rapidement et jusqu’au lundi de Pentecôte dans des proportions qui sont allées au-delà de nos espérances.


Paix liturgique : Expliquez-vous

Louis de Lestang : Un premier chiffre : 20 chapitres ont été créés cette année, la plupart en province et rassemblant des familles avec des pèlerins de 7 à 77 ans.


Paix liturgique : Et les pèlerins ont suivis ?

Louis de Lestang : Au total plus de 15.000 pèlerins ont participé au pèlerinage 2021. Nous avons enregistré 11.000 inscriptions auxquelles ils faut ajouter ce que nous appelons les Anges gardiens, ces pèlerins qui ne marchent pas mais qui sont, à travers le monde, en union de prière avec les pèlerins marcheurs. Ils étaient 3.000 cette année dont 1600 religieux et religieuses. De nombreux pèlerins non-inscrits ont par ailleurs rejoint les pèlerinages locaux ; nous estimons leur nombre à environ 1500.




Paix liturgique : Et les étrangers ?

Louis de Lestang : Le gros millier de pèlerins étrangers qui marchaient avec la colonne en 2019, n’est en effet pas comptabilisé dans ces chiffres. Nous espérons pouvoir à nouveau les accueillir en 2022 pour nos 40 ans !


Paix liturgique : Est-ce que cette régionalisation ne résout pas une de vos difficultés du futur ?

Louis de Lestang : Peut-être car entre Paris et Chartres nous voyons le moment où la croissance deviendra difficile à gérer. La Providence nous guidera mais la grande colonne de pèlerins marchant vers Chartres ne disparaitra pas non plus. Nous ne casserons pas un modèle qui a fait ses preuves. Nous réfléchissons aux meilleures solutions pour gérer une croissance de plus de 10% par an.




Paix liturgique : Et les fruits…

Louis de Lestang : Ils sont considérables…

D’abord vis à vis de nos fondamentaux « Paris /Chartres » car, tout en respectant les jauges qui nous étaient imposées, nous avons fait un grand plein de ce qui nous était permis lors de la messe d’ouverture à Saint Sulpice célébrée par l’Abbé Laurent, curé de l’Eglise Saint Roch à Paris et aussi lors de la messe de clôture à Chartres célébrée par Monseigneur Rey, évêque de Fréjus et Toulon.

Une colonne symbolique de 10 pèlerins, qui se sont relayés chaque demi-journée, a en outre marché depuis Saint Sulpice à Paris jusqu’à Notre Dame de Chartres avec la statue de Notre Dame de Chrétienté. Quelle grâce et quelle émotion cela a été pour moi de parcourir ainsi les derniers kilomètres et d’arriver devant Notre Dame de Chartres en union de prière avec tous les pèlerins de Chartres à travers le monde.




Paix liturgique : Et ailleurs ?

Louis de Lestang : D’autres fruits impensables hier. Se sont au total 900 messes traditionnelles qui ont été célébrées à travers l’hexagone dans le cadre de ce pèlerinage 2021. Les pèlerins de Notre Dame de Chrétienté sont allés prier la Vierge dans de nombreux sanctuaires, rassemblant à chaque fois plusieurs centaines de fidèles, tels que les basiliques Saint Louis-Marie Grignon de Montfort à Saint-Laurent-sur Sèvre, Sainte Anne d’Auray, Sainte Jeanne d’Arc à Domrémy, Notre Dame de Boulogne, Notre-Dame de Sées, Ars, Annecy, Notre-Dame de Grâce à Cotignac, Saint Maximin, Notre-Dame de Pellevoisin, Notre-Dame de Montligeon et Notre-Dame d’Abet.

Au-delà de ces grands rassemblements, de très nombreux pèlerinages locaux en chapitre ont été organisés :

- autour des abbayes Sainte Madeleine du Barroux, Notre-Dame de Sénanque, Sainte Marie de Lagrasse, Notre-Dame de Fontgombault, Saint Michel de Frigolet, Notre-Dame d’Aigues-Vives, Notre-Dame de Randol,… ;

- autour  de La Grande Chartreuse ;

- sur le sentier des oratoires de Saint-Germain-en-Laye pour les pastoureaux, nos groupes de pèlerins de 12 à 16 ans ;

- autour de Notre-Dame de Lourdes, de Notre-Dame de France, Notre-Dame de Miery, Notre-Dame des Familles, Notre-Dame de Vie, l’ermitage de Saint Gens, Notre-Dame du dimanche, Notre-Dame de Grâce, Notre-Dame du Château, Notre-Dame de Bellevaux, Notre-Dame de Myans, Notre-Dame de Fresneau, Notre-Dame de Digoin, Notre-Dame Auxiliatrice, Notre-Dame de Bermont, Notre-Dame de la Cavée, etc.



Paix liturgique : Au fond le pèlerinage de NDC est devenu une aventure qui concerne et a été vécu dans toute l’Eglise de France.

Louis de Lestang : Tout à fait et d’ailleurs un nombre croissant de communautés parfois en apparence moins proches de nous se sont mobilisées pour nous en accueillant nos pèlerins ou en s’engageant à prier comme « anges gardiens ». Ce sont au total près de 70 communautés qui nous ont ainsi soutenus. Nous les en remercions du fond du cœur. Dans son discours de clôture, Jean de Tauriers, Président de Notre Dame de Chrétienté a d’ailleurs appelé à soutenir financièrement et à prier tout spécialement pour le Carmel d’Alep en Syrie qui nous soutient depuis des années.



Paix liturgique : Mais justement qu’en est-il des étrangers ? Vous avez évoqué tout à l’heure le millier de pèlerins étrangers de 2019…

Louis de Lestang : Autre miracle ! Les centaines de pèlerins étrangers, qui n’ont pu venir cette année sur les route de Chartres, ont elles aussi suivi les voies de la Providence en témoignant dans leur pays. N’est-ce pas l’esprit de cette grande fête qu’est la Pentecôte ?


Paix liturgique : Des exemples ?

Louis de Lestang : Ils sont trop nombreux et nous n’avons certainement pas connaissance de toutes les initiatives qui ont vu le jour. Nous en avons recensé plus de 50 et je citerai par exemple les messes, veillées de prières et pèlerinages aux Etats-Unis (Chicago et Wisconsin), en Arménie, en Egypte, au Liban, en Suisse (à Fribourg et en Suisse romande), en Belgique (à Tournai), au Portugal (vers Notre Dame de Fatima), en Italie, au Gabon, en Allemagne, au Royaume-Uni …



Paix liturgique : Est-ce que ces résultats peuvent modifier le modèle du pèlerinage de NDC ?

Louis de Lestang : Le fait de se retrouver en nombre à Chartres est un témoignage extraordinaire et un réconfort pour beaucoup de pèlerins qui pendant l’année sont très isolés. Nous ne voulons pas y renoncer mais…



Paix liturgique : … Mais ?

Louis de Lestang : Peut-être devrons-nous aussi considérer les pèlerinages 2020 et 2021 comme des signes de la Providence. Nous allons y œuvrer avec en vue la dimension missionnaire qui, avec la Tradition et la Chrétienté, est un des piliers de notre association. Nous souhaitons en effet permettre une amplification du mouvement de prière et de dévotion envers Notre Dame.


https://www.nd-chretiente.com

A la une

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique